TREIZE

Tu vis pour un dieu
Qui ne te laisse pas le choix
Te fait fermer les yeux
Sur notre monde ici-bas
Sur ce monde sans Dieu ni foi
Aveuglé par des cieux
Que tu ne verras même pas
Sacrifié pour venger
Drogué jusqu'au bout des doigts

Au nom de quel Dieu
Au nom des envieux
De finir sous nos pieds dans l'ignorance

La pluie effacera, lavera le sang
Le temps essuiera nos larmes
Encore combien d'innocents
Finiront couchés sous nos armes
Encore combien de temps
Avant le prochain massacre de toutes ces âmes

Au nom de quel Dieu
Au nom des envieux
De finir sous nos pieds dans l'ignorance


RENAISSANCE

Je m'endors
Je quitte mon corps
Sans effort
Je quitte mon corps
Cette chaleur
Qui s'évapore
Pour laisser place à mort, place à la mort
Je ressens la douce et tendre étreinte de la mort
Qui s'enroule autour de mon corps
Mon âme n'est plus qu'un chiffon imbibée d'essence
Qui ne demande qu'à flamber en silence

Je sens mon âme revivre à nouveaux
Je sens mon cœur rebattre à nouveaux
Ma renaissance

A L’OMBRE

Du fond de ma cellule je rêve à m'évader
A travers les barreaux je vois des ombres s'entre-tuer
La poussière s'accumule sur mon passé
Sans pouvoir résister, me déchaîner
Ma vie n’est plus qu’un immense charnier
Prisonnier du temps présent à jamais
C’est dans cette atmosphère pesante
Dans cette pression omniprésente
Que je vais tout donner, me libérer…

Je voudrais vivre ma vie sans avoir les poings liés
Je voudrais vivre ma vie sans devoir me retourner
Je ne peux pas continuer sans mon passé
Je ne peux pas continuer sans liberté
Je voudrais vivre ma vie sans devoir me justifier

Du fond de ma cellule je rêve à m'évader
Une porte restée ouverte sur mon passé
Je ère sans vraiment savoir ou aller
C’est dans cette atmosphère pesante
Dans cette pression omniprésente

Je voudrais vivre ma vie sans avoir les poings liés
Je voudrais vivre ma vie sans devoir me retourner
Je ne peux pas continuer sans mon passé
Je ne peux pas continuer sans liberté
Je voudrais vivre ma vie sans devoir me justifier

ADIEU

Tu es seul abandonné
Pris au piège, comme enchaîné
La vie s'est acharnée sur toi
Comme si toi seul méritais ça

Détruit
Usé
Lassé
Laissé pour mort

Pour y voir un peu plus clair
Ferme les yeux
Ne te laisse jamais distraire
Par cette noirceur
Tu ne peux pas t'en aller maintenant
Tu dois rester toi-même
Tu dois baigner dans la lumière

Le temps n'a rien fait pour t'aider
Juste à t'assombrir un peu plus

Détruit
Lassé
Laissé pour mort
Usé

Pour y voir un peu plus clair
Tu as fermé les yeux
Tu t'es laissé disparaître
Dans cette noirceur
Tu peux t'en aller maintenant
Tu es resté toi-même
Et tu fais partie de la lumière

NUMERO

Ils te tiennent d'une main de fer
Pourri par la corruption
Aveuglé par l'argent
Régnant sans pitié sur terre
Sans faire de sentiments
Sacrifiant ta vie pour un petit paradis fiscal
Sans honneur et sans morale

Mais un jour leur royaume finira en enfer
Bienvenu en enfer

Tu ne t'en sortiras jamais
A genoux dans la poussière
Plus qu'une chose à faire
Brûler tout ce qui est ancré
Ce qui rapporte le blé
Ce qui offre l'immunité
Tu dois te relever
Et prendre les armes

Prends les armes
Lèves toi

Car un jour leur royaume finira en enfer
Bienvenu en enfer

Nous ne sommes que des numéros
Des matricules dans un tableau
Qu'on supprime sans état d'âme
Pour gagner de l'argent
Toujours plus d'argent
Il ne reste plus qu'une chose à faire
Prend les armes

LIBRES

Aller viens la
Arrête un peu
Laisse toi aller
Tu vivras mieux
On n'est pas né
Si malheureux
On est pas né
Pour vivre vieux

Allez prends ma main
Allez viens là
On va danser
On va vivre comme des dieux
Dans ce monde d'enfoiré
On fera semblant d'avoir vingt ans
D'être libéré
De toute cette vie qui nous attend
Sans oublier

Le temps
S'arrête pas
Te traque sans relâche
Sans t'oublier
Sans faire semblant
Ton intimité
T'as ta vie d'avant
Ta vie de maintenant
Tout est balayé
Un instant
Ta vie qui défile
Sous tes yeux